Cette décision du ministre de la culture, Pedro Adão e Silva, annule la mesure prise par son prédécesseur, Graça Fonseca, lors de la crise pandémique, d'augmenter le quota à 30%.

Interrogé à ce sujet, le cabinet du ministre de la Culture a déclaré à Lusa que "le changement du seuil minimal du quota de 25 % à 30 % s'est produit dans un contexte très spécifique de pandémie".

"Une fois cette période passée, le quota minimum de 25% de musique portugaise sur les radios nationales est en vigueur, une mesure qui s'est avérée très importante depuis sa création, à tel point qu'aujourd'hui, dans la plupart des radios, l'utilisation de la musique portugaise tend à dépasser, par choix éditorial, la valeur du quota", a-t-il ajouté.

Lancée au début du mois par Rogério Charraz et José Fialho Gouveia, la pétition a recueilli plus de 2 200 signatures, dont plusieurs noms importants de la scène musicale nationale.

Fernando Tordo, Luísa Sobral, Rui Veloso, Dino D'Santiago, Teresa Salgueiro, Júlio Resende, Manuel Paulo, Cristina Branco, Luís Represas, Marco Rodrigues, Luís Trigacheiro, Selma Uamusse et Ricardo Ribeiro sont quelques-uns des musiciens qui demandent une augmentation des quotas minimums obligatoires de la musique portugaise, "en signe de reconnaissance du travail des musiciens portugais qui ont tant donné au pays".

Dans le texte de la pétition, ils rappellent également que la loi sur la radio, en vigueur depuis 2006, autorise des montants allant jusqu'à 40 % pour les chaînes généralistes.

Le document intervient après que les artistes ont pris connaissance du non-renouvellement de l'ordonnance qui augmentait le quota minimum obligatoire de musique portugaise sur les radios de 25% à 30%, rapporté par le Jornal de Notícias à la fin du mois de février, avec la justification que "passé l'urgence pandémique, les artistes portugais ne sont plus privés de donner des concerts et, par conséquent, la perte substantielle de revenus qu'ils ont subie a cessé d'être vérifiée".


Author
TPN/Lusa